Les vielles habitudes présentes dans les écoles malgré le mot d'ordre du ministre de l'EPST

Les vielles habitudes présentes dans les écoles malgré le mot d'ordre du ministre de l'EPST
Le ministre de l'EPST Tony Mwaba dans une salle de classe
Le ministre de l'EPST Tony Mwaba dans une salle de classe
Société/
Par Bénédicte Anakasala

Le mot d'ordre donné par le ministre de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) Tony Mwaba n'est pas respecté par les chefs des établissements scolaires jusqu'à une semaine de la rentrée scolaire 2023-2024 prévue le 4 septembre prochain.

D'après le constat fait ce lundi 28 août par les reporters de Sud Express International, une partie de ces recommandations ne sont pas prises en compte par certaines écoles. Tel est le cas du complexe scolaire Réveillez-vous dans la commune de Matete où l'inscription et la réinscription sont gratuites, néanmoins le paiement d'un acompte est conditionné pour chaque niveau scolaire. Il s'agit de 50.000 FC pour la maternelle et le primaire, 60.000 FC pour le secondaire général, 70.000 FC pour la 1ère, la 2ème, la 3ème des humanités et 80.000 FC pour la 4ème humanité secondaire, peut-on lire dans le billet de vacances.

Nous avons pu constater que le tarif diffère d'une école à une autre école conventionnée ou non. Au complexe scolaire Saint Alphonse de la commune de Matete, l'inscription se fait également sans frais mais la condition sine qua non, est le paiement d'un acompte des frais fixés à 100 dollars américains pour le cycle maternel.

Dans une correspondance du ministre de l'EPST du 4 août dernier, Tony Mwaba avait énuméré quelques recommandations à l'endroit des responsables des écoles. 

Le ministre a donné aux parents la liberté de se procurer les fournitures scolaires, les uniformes et la tenue de l'éducation physique au marché de leur choix ; les frais scolaires doivent être perçus obligatoirement en monnaie nationale ; les inscriptions sont gratuites et doivent être faites aux dates fixées par le calendrier 2023-2024, aucun test d'admission ne doit être organisé pour les nouveaux élèves et aucun frais de réinscription ne doit être exigé aux anciens élèves ; aucun élève ne peut être exclu pour raison d'appartenance ethnique, raciale, religieuse ou pour raisons des frais scolaires ; aucun acompte des frais scolaires ne Les vielles habitudes persistent dans les écoles malgré le mot d'ordre du ministre de l'EPST 

Le mot d'ordre donné par le ministre de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) Tony Mwaba n'est pas respecté par les chefs d'établissements des écoles jusqu'à une semaine de la rentrée scolaire 2023-2024 prévue le 4 septembre prochain.

D'après un état des lieux fait ce lundi 28 août par les reporters de Sud express medias, une partie de ces recommandations ne sont pas prises en compte dans certaines écoles, le cas du complexe scolaire Réveillez-vous dans la commune de Matete où l'inscription et la réinscription sont gratuites, néanmoins le paiement d'un acompte est conditionné pour chaque niveau scolaire : «de 50.000 FC pour la maternelle et le primaire, 60.000 FC pour le secondaire général, 70.000 FC de 1 ère à 3 ème humanité et 80.000 FC pour la 4 ème humanité» peut-on lire dans le billet de vacances

Nous avons pu constater que le tarif se diffère d'une école à une autre, conventionnée ou non. Au complexe scolaire Saint Alphonse toujours dans la commune de Matete, l'inscription se fait également sans frais mais la condition sine qua non est le paiement d'un acompte des frais fixés à 100 dollars américains pour le cycle maternel.

Dans une correspondance du ministre de l'EPST du 4 août dernier, Tony Mwaba avait énuméré quelques recommandations à l'endroit des responsables écoles. 

Le ministre a donné aux parents la liberté de se procurer les fournitures scolaires, les uniformes et la tenue de l'éducation physique au marché de leur choix; les frais scolaires doivent être perçus obligatoirement en monnaie nationale ; les inscriptions sont gratuites et doivent être faites aux dates fixées par le calendrier 2023-2024, aucun test d'admission ne doit être organisé pour les nouveaux élèves et aucun frais de réinscription ne doit être exigés aux anciens élèves ; aucun élève ne peut être exclus pour raison de son appartenance ethnique; raciale, religieuse ou pour des raisons des frais scolaires ; aucun acompte des frais scolaires ne doit être exigé avant la rentrée scolaire. être exigé avant la rentrée scolaire.


Politique

Economie

Société

Sport

Afrique

Monde

Blog