Plus de 100 malades consultés gratuitement à Kinshasa 

Plus de 100 malades consultés gratuitement à Kinshasa 
L'image du lancement de la campagne des consultations médicales gratuites à l'hôpital Ilunga Kabuyi à Kitambo.
L'image du lancement de la campagne des consultations médicales gratuites à l'hôpital Ilunga Kabuyi à Kitambo.
Santé/
Par Raphaël Kwazi

La fondation Ilunga Kabuyi ( FIK) en partenariat avec les Femmes Solidaires pour la Paix, le Développement (FSPD) et l'Association Stop au Suicide (ASAS) ont clôturé ce dimanche 8 octobre à Kinshasa, quatre jours des journées portes ouvertes des consultations médicales gratuites en faveur de la population Kinoise. Cette campagne s'est déroulée au sein du bâtiment de la clinique Ilunga «CIK» dans la commune de Kitambo. Elle cadre avec le thème de cette année de la journée internationale de la Paix, à savoir La Santé pour la Paix en famille ».

Pendant ces quatre jours, plus de cent consultations ont été effectuées et plus des positifs au paludisme soignés. Docteur Ilunga Kabuyi, l'un des responsables de cette campagne, promet d'étendre ces actions dans d'autres communes de la capitale congolaise afin que la population kinoise soit aidée.

«La population est dans le besoin. Nous avons initié au départ pour quatre jours de prendre en charge les gens sur un domaine médical bien précis. Nous avons constaté que le besoin est beaucoup plus large. Nous devons nous battre pour essayer encore de répéter ces actions auprès de la population. Et être les plus holistiques possibles pour que la réponse soit plus efficace possible dans la population. C'est une action qui a été faite. Nous avons plus soigner les gens malgré l'engouement qu'il y a eu mais nous pensons que nous devons faire encore un peu plus. Nous allons encore nous étendre. Nous pensons rapide de répéter ces actions pour que la population soit aider. Nous cherchons la paix. Nous voulons que cette population vive en paix», a-t-il déclaré. 

Et d'ajouter :«Nous avons pratiquement consulté plus de cent patients. On aurait plu avoir plus. Mais nous avons dû limiter nos actions parce que nous avions pas prévu des personnels pour gérer cet engouement. Maintenant que nous avons fait cette première expérience , nous allons avoir une action un peu plus large. Nous pensons que nous allons recevoir énormément un peu plus des malades dans nos prochaines séances. Il n'y a pas que la clinique IK, nous devions nous tous y mettre pour pouvoir aider cette population».

Les organisateurs de cette campagne visaient à faire connaître l'état global de santé de la population de Kinshasa, avant la fin de cette année 2023, avait dit madame Desiderata Maliro Boji, coordonnatrice de Femmes Solidaires pour la Paix, le Développement.


Politique

Economie

Société

Sport

Afrique

Monde

Blog